Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

Dana Ciocarlie décoince la bulle !

0:00
28:46
Reculer de 15 secondes
Avancer de 15 secondes

Les « Bubbles », titre de son nouvel album prévu cet automne, que souffle Dana Ciocarlie sont un message d’espoir, réminiscences festives ô combien délicieuses que l’on ose à peine attraper de peur qu’elles ne nous échappent. Si pendant un an le monde de la musique a mis plus qu’un genou à terre, la pianiste d’origine roumaine prend le contre-pied de la morosité ambiante et nous délecte, en compagnie, entre-autres, de ses amis Philippe Katerine, Anne Queffélec, Julie Depardieu ou encore du magnifique trublion violoniste Gilles Apap, d’un voyage musical plein de vie, de poésie, de lumière. Des mots de Lucian Blaga à la « Marche Militaire » de Schubert, de Bécaud à Debussy, Philip Glass ou Astor Piazzolla, Dana Ciocarlie nous brosse en musique un parfait portrait de son univers divinement coloré. Que la fête commence !

D'autres épisodes de "Interviews d'Agents d'Entretiens"

  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Marc Favier, Marcore : accords parfaits !

    38:24

    À peine a-t-il eu le temps de savourer sa première étoile obtenue en 2020, un an seulement après l’ouverture de son restaurant Marcore situé au cœur de Paris, que, déjà, Marc Favier a dû, comme tous ses confères, concilier avec une mise sous cloche du pays, et plus largement du monde, pour cause de pandémie. Si ce coup d’arrêt en aurait déstabilisé plus d’un, le jeune chef a su s’accorder le recul nécessaire pour revenir, à l’heure de la réouverture, encore plus déterminé et sûr du chemin qu’il souhaite emprunter pour faire évoluer son style culinaire qu’il décline dans un menu en cinq ou sept séquences aux allures de voyage visuel et gustatif. On embarque !
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Alexis Mabille… Du sol au plafond

    23:06

    Piqué par le goût de l’aiguille dès son plus jeune âge, Alexis Mabille a su, après des passages remarqués et largement formateurs chez Dior ou Saint Laurent, casser les codes du « genré » pour imposer sa griffe au sein du sérail de la haute couture « à la française ». Visiblement trop à l’étroit dans son seul costume de créateur malgré ses coups d’éclat telle la remise au goût du jour du nœud papillon, le style Mabille a su marquer de sa griffe le monde design. Pour preuve, la refonte totale de la célèbre « Maison de la Truffe », située Place de la Madeleine à Paris, dans laquelle nous nous retrouvons pour une interview pleine de saveurs.
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Ne ratez aucun épisode de Interviews d'Agents d'Entretiens et abonnez-vous gratuitement à ce podcast dans l'application GetPodcast.

    iOS buttonAndroid button
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Hugues Pouget, le temple de la gourmandise

    28:05

    Après des passages chez Ladurée, au Bristol ou dans les cuisines du chef triplement étoilé Guy Savoy, c’est en 2010 qu’Hugues Pouget a concrétisé son rêve de toujours en fondant Hugo & Victor. Plus que des boutiques où le plaisir s’érige en dogme, l’idée était avant tout de développer une pâtisserie en totale adéquation avec les convictions les plus profondes du chef. Outre, dès ses débuts, un respect de la saisonnalité d’un produit sélectionné avec le plus grand soin et une diminution drastique des quantités de sucre utilisées pour réaliser ses créations, Hugues Pouget n’a pas hésité à proscrire tout colorant chimique, utilisant des poudres « 100% végétales » extraites de légumes, de fleurs ou encore d’épices. Viennoiseries, chocolats, glaces et créations à se damner, c’est dans cet univers coloré qui met l’eau à la bouche de sa boutique du boulevard Raspail à Paris que nous retrouvons Hugues Pouget autour d’un café matinal et, forcément, de quelques divines douceurs gourmandes.
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Jérôme Prigent, au nom du père !

    41:28

    Force est de constater que le monde occidental, en proie au doute, ne semble plus savoir à quels saints se vouer. Sommes-nous spirituellement anesthésiés ? C’est la question que l’on peut légitimement se poser ! Religion, économie, politique… Notre société semble en effet marquée par une crise de foi dont l’épisode Covid-19 n’a fait qu’accentuer une déjà bien trouble et obstruée vision de l’avenir. Les référents d’antan (prêtre, maire, médecin) sont devenus les oubliés d’aujourd’hui pour une jeune génération dont les modèles se nomment souvent « influenceurs » « youtubeurs » et stars du ballon rond. Le père Jérôme Prigent qui peut se prévaloir d’une double casquette d’enseignant et de prêtre se trouve en première ligne pour constater chaque jour les changements de paradigmes de notre société. Alors que l’église catholique n’a plus le vent dans ses clochers, que les tensions inter religieuses ne cessent de croître et que l’Ascension, la Pentecôte ou même Pâques n’évoquent plus rien à la grande majorité de la jeune génération, on peut se demander si l’église, dans son ensemble, ne devrait pas faire sa « psychanalyse » pour répondre aux attentes de ses « encore » fidèles en manque cruel de repères. C’est à quelques pas du jardin du Luxembourg, dans ce foyer étudiant de l’Oratoire de France auquel il appartient, que l’homme de foi et homme de lettres Jérôme Prigent me reçoit pour une interview confession !
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Claire Damon, le fruit de la passion

    26:04

    Discrète dans les médias ou les réseaux sociaux sur lesquels certains de ses confères, pâtissiers starifiés, aiment à se mettre en scène, Claire Damon a gardé l’authenticité de son Auvergne natale et un amour du végétal qui transforme ses créations, reconnaissables entre toutes, en de véritables prolongements de cette nature dans laquelle elle a grandi. Après des débuts remarqués aux côtés de Pierre Hermé et forte d’un perfectionnement acquis au sein des palaces que sont le Bristol ou le Plaza Athénée, Claire Damon est aujourd’hui une cheffe d’entreprise reconnue et comblée. Avec ses deux boutiques parisiennes au nom sans équivoque, « Des Gâteaux et du Pain », elle désacralise la pâtisserie d’exception pour la rendre accessible à tous les gourmands. Cette adepte du « less is more » centre son travail sur l’essentiel, sublimant des produits d’exception pour nous délecter d’improbables mariages de saveurs où équilibre du goût et des textures se conjugue à la perfection.
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    François Perret fait sa Ritzvolution !

    40:51

    Ha le Ritz ! Un nom qui, à lui seul, résonne comme LA parfaite symbolique du luxe, de l’excellence. L’hôtel parisien (qui a toujours refusé l’appellation de Palace), trône majestueusement place Vendôme et peut, au-delà de sa sublime architecture, s’enorgueillir d’avoir vu défiler la quasi-totalité du gotha mondial. De Coco Chanel, à Hernest Hemingway, Marcel Proust ou Maria Callas, c’est une myriade d’étoiles dont, aujourd’hui encore, l’ombre plane sur des salons ou des suites qui portent leurs noms, contribuant largement à écrire les lettres de noblesse de ce haut lieu d’effervescence culturelle. Depuis 2015, c’est au cœur de cet écrin chargé d’histoire que François Perret, passé entre-autre par le Meurice, le Georges V ou le Shangri-la et couronné meilleur pâtissier de restaurant au monde en 2019, a élu domicile pour délecter les convives de créations à couper le souffle où le produit est roi. Homme de challenge par excellence et désireux de bouleverser les codes du luxe, le chef vient d’élargir un peu plus encore son champ d’action avec la récente ouverture de la pâtisserie Ritz Paris Le Comptoir où, déjà, le tout Paris se presse pour déguster ses exquises gourmandises sucrées comme salées, proposées sur place et à emporter. C’est dans la suite impériale dans tous les sens du terme du Ritz que François Perret me reçoit pour évoquer ses nouveaux projets comme ses souvenirs au doux parfum de madeleine… De Proust forcément !
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Camille Pépin colore le monde

    35:33

    Compositrice de l’année 2020, récompensée par une Victoire de la musique classique, Camille Pépin pense ses œuvres tels des tableaux dont les notes se muent en couleurs, en textures qui, comme par magie, font naître un univers tout autant pictural que sonore. Son merveilleux don de synesthésie, la jeune femme le met à nouveau en lumière dans son album « The Sound of Trees » inspiré du poème éponyme de Robert Frost. Tout comme Claude Debussy dont Camille Pépin ne passe pas une journée sans ouvrir l’une des partitions, la nature morte sort d’une toile imaginaire pour prendre vie et se parer de mille feux. Si on ne peut que déplorer que les créations contemporaines soient les grandes oubliées de ce post confinement où des programmateurs trop frileux misent, à tort, sur un répertoire classique « tubesque » pour faire revenir en masse le public dans les salles de spectacles, vous pourrez fort heureusement retrouver deux créations de Camille Pépin lors de la 74 e édition du Festival international de musique de Besançon qui se tiendra du 10 au 25 septembre prochain. Dans un monde en convalescence d’une bien sombre année, cette ode à la beauté qu’est la musique de Camille Pépin est un plaisir qu’il ne faut surtout pas bouder.
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Steve Cropper, Le Colonel sur tous les fronts

    20:53

    Dire de Steve Cropper qu’il est une légende de la guitare et, plus largement, de la musique soul et rhythm and blues relève du doux euphémisme. L’aventure du label Stax, c’est lui ! Le « Green Onion » de Booker T. & the MGs encore lui ! Le mythique “(Sittin’On) The Dock of the Bay” de Otis Redding, toujours lui ! L’homme derrière la six cordes de l’aventure Blues Brothers aux côtés de John Belushi et Dan Aykroyd, immortalisé à l’écran dans le truculent film éponyme de John Landis avec au casting, entre autre, Aretha Franklin, James Brown, John Lee Hooker ou Ray Charles, eh oui, c’est encore et toujours Steve Cropper. Décidément, les faits d’armes du Colonel sont légion. À presque 80 printemps, et pour fêter la sortie de son nouveau disque « Fire It Up », l’occasion était trop belle pour ne pas s’accorder, en V.O., une revue des troupes !
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Michel Onfray, grandeur et décadence

    42:32

    « Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine… Mais pour l’univers je n’ai pas de certitude absolue. » affirmait Albert Einstein. Nul doute que le philosophe, hédoniste, essayiste, Nietzschéen, libertaire, proudhonien, athée, poète, souverainiste et désormais directeur de publication de la revue trimestrielle « Front Populaire », Michel Onfray, qui avec « La Nef des fous » consacre un nouvel ouvrage à la décadence de notre monde, partage l’avis du théoricien Allemand sur la profondeur abyssale de la bêtise humaine qui, visiblement, ne craint pas le krach. Si l’omniscience du philosophe au C.V plus long que la toge de ses pairs, invité à s’exprimer sur des sujets sensibles, dans lesquels il se plait d’ailleurs à s’engouffrer, lui vaut de nombreux ennemis engagés dans un « Onfray Bashing » en vogue, rendons à Michel Onfray ce qui appartient à Michel Onfray. Fort de ses plus de cent dix ouvrages parus, aux thématiques aussi diverses que Freud, la Covid, l’Islam ou la lie qu’est à ses yeux le petit monde politique dont Emmanuel Macron serait le parangon, et de par ses prises de positions tranchées, Michel Onfray interroge, affirme, bouscule, dérange et, chose aujourd’hui assez rare pour être soulignée, invite à la réflexion sur un monde, le nôtre, régi par des contre-valeurs devenues le principal courant de la (non) pensée. Michel Onfray nous explique les raisons de la colère…
  • Interviews d'Agents d'Entretiens podcast

    Dana Ciocarlie décoince la bulle !

    28:46

    Les « Bubbles », titre de son nouvel album prévu cet automne, que souffle Dana Ciocarlie sont un message d’espoir, réminiscences festives ô combien délicieuses que l’on ose à peine attraper de peur qu’elles ne nous échappent. Si pendant un an le monde de la musique a mis plus qu’un genou à terre, la pianiste d’origine roumaine prend le contre-pied de la morosité ambiante et nous délecte, en compagnie, entre-autres, de ses amis Philippe Katerine, Anne Queffélec, Julie Depardieu ou encore du magnifique trublion violoniste Gilles Apap, d’un voyage musical plein de vie, de poésie, de lumière. Des mots de Lucian Blaga à la « Marche Militaire » de Schubert, de Bécaud à Debussy, Philip Glass ou Astor Piazzolla, Dana Ciocarlie nous brosse en musique un parfait portrait de son univers divinement coloré. Que la fête commence !

Découvrez le meilleur des podcasts sur l'application GetPodcast.

Abonnez-vous à tous vos podcasts préférés, écoutez les épisodes sans connexion internet et recevez des recommandations de podcasts passionnants.

iOS buttonAndroid button