Histoire en séries podcast

133 HATUFIM avec Agnès Callu

0:00
57:26
Reculer de 15 secondes
Avancer de 15 secondes
Agnès CALLU est une ancienne élève de l’École nationale des Chartes (thèse publiée, Prix Lenoir) et de l’Institut national du Patrimoine (INP/Conservateur du Patrimoine – État/Musées), Docteur en histoire contemporaine de Sciences Po – Paris (Prix Chaix d’Est Ange de l’Académie des Sciences morales et politiques - thèse publiée, réimprimée en 2017), Habilité à diriger des recherches à l’EPHE (ED 472), Agnès Callu est Historienne et Historienne de l’Art. Qualifiée comme Professeur des Universités (Section 22), elle est Chercheur permanent à l’Institut interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC) à l’EHESS / CNRS. Elle est également Chercheur associé à l’École pratique des hautes études (Équipe HISTARA) et à l’ITEM/ENS (Équipe Processus de création / Genèse de l’œuvre). Elle présente ici la série israélienne HATUFIM et l'analyse selon les 3 grands thèmes suivants : - Le Temps - Les lieux - L'action Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com

D'autres épisodes de "Histoire en séries"

  • Histoire en séries podcast

    140 THE REIGN avec Camille Desenclos

    1:15:39

    Camille DESENCLOS est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université de Picardie Jules Verne, membre du Centre d'histoire sur les sociétés, les sciences et les conflits (CHSSC) et du Centre Jean-Mabillon. Après un doctorat consacré à la communication politique de la France dans le Saint-Empire au début de la guerre de Trente Ans (publication prévue en 2022), ses recherches portent désormais sur les relations entre la France et l’Empire (1580-1630), les pratiques, notamment matérielles, de la diplomatie (XVIe-XVIIe siècles) ainsi que sur la cryptographie à l’époque moderne. Elle a contribué à plusieurs ouvrages collectifs dont récemment L’identité du diplomate : métier ou noble loisir ? (dir. I. Félicité, 2020) et Renseignement et espionnage de la Renaissance à la Révolution (XVe-XVIIIe siècles) (dir. E. Denécé, 2021). Elle présente dans cette émission la série THE REIGN qu'elle analyse en suivant les thématiques suivantes : Introduction - Présentation générale de la série : fiche technique, contexte de création, nombre de saisons et synopsis général. - La 1ère saison : synopsis détaillé, réception et cadre historique général. 1. La cour de France à la mode Gossip Girl - Le parti-pris sur les costumes et la musique - Une vie de Cour bien peu royale : accès au roi et vie de Cour, une Cour non itinérante, sociabilité ou politique, le divertissement au coeur de la série. - La France en Irlande : le château d’Ashford, décors intérieurs et extérieurs. 2. L’histoire comme trame ou comme prétexte ? - Une certaine liberté dans la construction des personnages : des personnages inventés au profit d’intrigues souvent sentimentales (Sébastien, Tomas et l’entourage de Marie Stuart), François II en dauphin de cinéma (âge, apparence et rôle politique). - Entre silence assourdissant et réécriture de l’histoire : occultation des autres membres de la famille royale, la vie politique française au second plan, les troubles confessionnels réduits aux « hérétiques », la folie et la mort de Henri II. - La diplomatie moderne vue par The Reign : le traitement des relations entre la France et l’Écosse ; les mariages princiers comme monnaie d’alliance ; l’occultation des autres terrains diplomatiques (les guerres d’Italie et Cateau-Cambrésis). 3. The Reign et l’historiographie - Une réactivation de la légende noire de Catherine de Médicis : rapports d’influence et rapports de force (Nostradamus, Diane de Poitiers et Henri II), Catherine l’empoisonneuse, Catherine de Médicis et le gouvernement du royaume. - Marie Stuart, une reine peu fiable : une image peu flatteuse (histoires de coeur et histoires d’État, parallèle avec Marie Stuart, reine d’Écosse), une future reine cultivée. Conclusion : Que vient faire l’Histoire dans The Reign ? Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com
  • Histoire en séries podcast

    139 NIP/TUCK avec Marie Pierre Huillet

    1:06:59

    Marie-Pierre HUILLET est docteure en Sciences de l'Information et de la Communication et spécialiste des questions de genre dans les médias, plus particulièrement le cinéma. Sa thèse, obtenue en 2017, porte sur les masculinités et les féminités dans le cinéma de Q. Tarantino. Elle poursuit ses recherches au sein du Lerass (Université Paul Sabatier, Toulouse) dans l’équipe Genre et médias. Elle a participé à deux reprises (2015, 2020) au GMMP (Global Media Monitoring Project), un programme de recherche international ayant pour objectif une étude mondiale sur le Genre dans les médias. Elle est également enseignante en communication à l’IUT de Blagnac. Elle présente ici la série NIP/TUCK qu'elle analyse selon les thématiques ci-dessous. I : Présentation de la série Nip/tuck - Généralités - Conditions de production - Conditions de diffusion - Réception II Nip/tuck, made in USA and Patriarchy - Une vision du monde andro-centrée : Mythe du self-made-man (Sean, Christian) - Une vision du monde hétéro-centrée : Le couple, la famille - La question des valeurs familiales et morales (Julia) - La question ethno-raciale III : Nip/tuck, une série dont les corps sont les héros - Des corps qui posent problème - Des corps détruits, sculptés, réparés... - Des corps et du genre - Des corps et des regards - Corps dominés VS corps qui dominent IV : Quand un léger trouble s’installe - La question de sexualités - «Sofia : queer et/ou freak » ? - Chute du bastion patriarcal : Vers d’autres possibles ? V : En conclusion : 1) Deux mots sur une esthétique gore et glamour 2) Intersectionalité (Liz) 3) Les autres thèmes abordés comme la pédophilie, le viol... Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com
  • Histoire en séries podcast

    Ne ratez aucun épisode de Histoire en séries et abonnez-vous gratuitement à ce podcast dans l'application GetPodcast.

    iOS buttonAndroid button
  • Histoire en séries podcast

    07 VO Lovecraft Country avec Lucas Cantinelli

    40:11

    Lucas CANTINELLI is a Ph.D student at the LERMA (Laboratoire d’Etude et de Recherche du Monde Anglophone) at Aix-Marseille Université. He graduated from his Master’s degree in 2020 and passed the Agrégation in 2021. During his two years of Master’s degree he successively accomplished two Master theses on H.P Lovecraft and Toni Morrison. His current research focuses on Maya Angelou’s and Toni Morrison’s non-fictional work, especially on silences in these works, their manifestations and ruptures. In this episode, he will talk about a TV series entitled Lovecraft Country, based on Matt Ruff’s novel, published in 2016 and sharing its title with the show. Lucas will explain the difficulty to adapt Lovecraft’s work on screen, but also about the expansion of the Lovecraftian universe though screen adaptations. Finally, he will question the essence of monstrosity through the prism of the series and its characters. More informations on https://www.histoireenseries.com
  • Histoire en séries podcast

    138 The Newsroom avec Laure Depretto

    54:30

    Laure Depretto est maîtresse de conférences en littérature française à l’université d’Orléans et membre du laboratoire POLEN (Pouvoirs Lettres Normes). Docteure de l’université Paris 8 – Saint-Denis, elle a travaillé en thèse sur les relations entre information et narration et en particulier sur les manières d’écrire le temps présent dans les lettres de Sévigné. Elle a ensuite étendu son champ de recherches aux séries télévisées, sous l’angle de la représentation de l’actualité. Dans cette perspective, elle a publié, aux Presses Universitaires François Rabelais de Tours, dans la collection Serial, une monographie consacrée à la série d’Aaron Sorkin, The Newsroom (2016). Elle présente ici la série THE NEWSROOM et l'analyse autour des thématiques suivantes : - Un show behind the scenes / un show about a show. Une série sur les coulisses d’une institution. Effet de mise en abyme - Un workplace show ou professional drama situé dans une salle de rédaction (comme Urgences est une série hospitalière par exemple, Hill Street Blues une série policière). - Une fiction sur des événements réels : chaîne et personnages fictifs mais actualité réelle. refaire en mieux dans la fiction la couverture d’événements réels de l’actualité récente - La tradition du newspaper film - Les séries contemporaines sur le journalisme - Inspiration et modèles : une série jalonnée de références et d’hommages - une croisade politique : Contre le Tea Party, « the American Taliban » - Anticipations par certains aspects de la présidence Trump et de l’ère des « fake news » cf saison 2, rectifications des mensonges des éditorialistes réactionnaires - Frontières public/privé : le workplace show - Conclusion : Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com
  • Histoire en séries podcast

    137 The DEUCE avec Audrey Fournier

    54:41

    Audrey FOURNIER est diplômée de Sciences Po Paris (Affaires internationales), elle a un Master d'histoire contemporaine (Paris X - Nanterre) et un Master de journalisme (Celsa). Elle est entrée au Monde en 2009. Audrey FOURNIER écrit exclusivement sur les séries pour Le Monde depuis 3 ans. Elle présente ici la série The Deuce où elle analyse les thématiques suivantes : 1) Pourquoi et comment cette série existe : The Deuce comme une partie d’un tout dans l’oeuvre de Simon - pourquoi HBO l’a lancée : raisons commerciales - brief de départ - stars de départ : deux paires de “jumeaux” (Vince et Frankie, Eileen et Candy) - série chorale : l’art du personnage secondaire 2) Une série sur NY (après Baltimore, La Nouvelle Orléans, des lieux de résidence de David Simon), l’analyse d’un système - une série économique : le capitalisme s’applique aussi au corps - une série politique 3) Une série qui a pris le tournant MeToo dans sa 2è saison MeToo + les accusations contre James Franco - L'appel à un coordinatrice d’intimité - Décentrage du regard : terrain d'analyse du "female gaze" - Le sida dans la série - ce qui la série a apporté au traitement de ce sujet (De Sex and the City à The Deuce) Conclusion : Et l'amour dans tout ça ? Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com
  • Histoire en séries podcast

    114 Les BORGIAS avec Elodie Pinel et B.Alice Raviola

    1:05:17

    Elodie PINEL est agrégée de lettres modernes, certifiée de philosophie, titulaire de la DNL italien et docteure en littérature médiévale spécialisée dans l'oralité et dans l'écriture féminine. Elle rédige des critiques littéraires pour la revue Etudes et participe à des podcasts de critique de séries (Sérieland d'Europe 1 Studios, Qui a peur du féminisme ?). Elle anime pour Histoire en séries un cycle d'émissions en italien sur la perception de l'Histoire italienne par les Italiens. Elle écrit régulièrement pour les éditions du Robert et a participé à l'émission pédagogique La Maison Lumni sur France télévisions. Blythe Alice Raviola enseigne l'Histoire à l'université de Milan ; elle y est membre du comité directeur du Master en Digital Humanities et dirige le Master de Public History avec cette université et la Fondation Feltrinelli de Milan. Ses axes de recherche vont de l'histoire des anciens états italiens à leurs relations diplomatiques avec l'Espagne à l'âge moderne, de l'étude des frontières à celui de la culture savoyarde entre le XVIe et le XVIIe siècle. Elle a notamment publié une biographie intellectuelle intitulée Giovanni Botero. Un profilo fra storia e storiografia (Mondadori, Milano 2020). Elles présentent les séries sur LES BORGIAS et les analysent selon les thématiques suivantes : ​ - Fidélité historique et représentations : les enjeux de chaque série - En quoi ces séries sont-elles des réécritures ?. - Donc nouvelle réécriture : pour confirmer ou infirmer la légende noire - L’intertexte contemporain : les Borgias sont-ils représentés comme les premiers mafieux ? - La violence du Moyen Âge/de la Renaissance représentée et réelle - Les rapports entre les grandes puissances, temporelles et spirituelles - Le corps et la sexualité : voyeurisme ou réalité historique ? - Une galerie de personnages : quelle fidélité à ce que l’on sait des grandes figures de la famille : Rodrigo Borgia, Cesare Borgia, Lucrezia Borgia, Alessandro Farnese, Giulio de Médicis, Giovanni de Medici (futurs Clément VII et Léon X), Giuliano della Rovere,Les guests : Niccolà Macchiavelli, Leonardo da Vinci, Savonarole. Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com/
  • Histoire en séries podcast

    136 Ginny et Georgia avec Lissell Quiroz

    58:58

    Lissell QUIROZ est historienne et professeure des universités à Cergy Paris Université. Membre du laboratoire AGORA, ses recherches portent sur l'histoire de la maternité, des femmes et de la santé dans les Amériques et plus particulièrement du Pérou des 19e - 20e siècles. Parmi ses derniers travaux figurent "Féminismes et Artivisme dans les Amériques (20e-21e siècles)" paru en 2020 et "Mettre au monde. La maternité enjeu de pouvoir (Pérou, 1820-1920)" à paraitre à la rentrée aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre. Elle est également la co-créatrice du podcast "N'Autre Histoire" qui compte 30 épisodes portant sur différents sujets historiques. Elle présente ici la série GINNY et GEORGIA qu'elle analyse à travers les thématiques suivantes : - La représentation de la "mauvaise mère", - l'opposition historique entre la mère et la femme, - les mères célibataires, - le déclassement, - la violence conjugale et intrafamiliale, - les rapports mère-enfants dans les sociétés occidentales Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com
  • Histoire en séries podcast

    06 VO LEILA with Paul Veyret

    1:15:05

    Paul VEYRET is a Senior Lecturer in British Literature at Bordeaux 3 University. His research focuses on various topics such as contemporary British authors such as Alex Gardland, Timothy Mo and Kazuo Ishiguro, but also Indian literature and cinema. Paul also co-founded a research group (DESI) dedicated to indian diaspora. Themes about analysis of LEILA A biopolitcal reading of present-day India? Zoe vs bios and permanence of ‘state-of-exception’? Women, Muslims and ‘Dossh’ as collective ‘homo sacer’ (disposable beings) Importance of borders, limits and transgressions A geocritical reading of Leila* (Bertrand Westphal)* Creation of a plausible world (text precedes world?)* Question of referentiality and ‘realemes’ Familiar/unfamiliar Importance of flashbacks and ‘dream sequences’ Question of audience reception and connection with realism Genre fiction as unmapping/remapping Indian subcontient Part of trend in genre Indian series* // Ghoul (horror, 2018), Delhi Crime (true crime, 2019) // same topics: violence against women and marginalization of Muslims, rise of populism etc. // India cinema// Anurag Kashyap (Gangs of Wassypour, Raman Raghav 2.0)=vision of India as corrupt and violent place Problematic representation of women* Agency? Re-exoticising violence against women? Netflix and not chill? * (local politics and global audiences)
  • Histoire en séries podcast

    135 I CLAUDIUS avec Aurelie Paci

    59:31

    Aurélie PACI est Doctorante en histoire ancienne, à l’université Paris I, Panthéon-Sorbonne ; UMR 7041 ARSCAN - Équipe HAROC (histoire et archéologie de l’Orient Cunéiforme), sur les pouvoirs locaux dans l’Empire assyrien (16e - 8e av. J.C.). Elle a été ATER à Paris 1 : enseignement en histoire hellenistique et histoire romaine (Principat d’Auguste et Ier siècle ap. J.-C.) (L1/L2). Aurléie PACI est aussi Co-autrice de “Les Mystères du Trône de Fer II, la clarté de l’histoire, la brume des Légendes” (2021) avec Thierry Soulard, un essai sur les inspirations historiques de George. R.R. Martin pour sa saga “Le Trône de Fer”. Elle présente ici la série I CLAUDIUS et analyse les thématiques suivantes : - Présentation générale de la série a) Du roman à l’adaptation b) Peplum et Shakespeare c) Décors, costumes et “historicité” ​ - Les intrigues de I, Claudius : Famille et politique La série présente une dichotomie entre les marbres du palais et la mesquinerie du pouvoir (le “générique” est un serpent sur une mosaïque représentant Claude - le serpent revêtant une signification contemporaine négative (poison, trahison), alors qu’il était plutôt connoté positivement à Rome). a) La domus Augustae devient Rome b) Empire ou République ? La difficile question de la succession c) La place des femmes dans la course au pouvoir d) Culte impérial et religion romaine - L’histoire au coeur du discours a) Système narratif du point de vue et discours sur l’histoire au sein de la série b) Quelle historiographie ? ​ - Postérité et conclusion ​Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com
  • Histoire en séries podcast

    134 El ministerio del tiempo avec Julia Roumier

    1:02:36

    Julia ROUMIER est Maîtresse de conférences, HDR sur l'Espagne classique, AMERIBER, Université Bordeaux Montaigne. Ancienne élève de l’ENS LSH, Agrégée d’espagnol, docteur en sections 14 et 21. Études médiévales hispaniques, représentations de l’étranger, récits de voyages et de pèlerinages, écritures de l’expérience et élaboration d’un savoir sur le monde et l’autre; les biographiques chevaleresques, consommation ostentatoire, costume et alimentation… Elle présente ici la série EL MINISTERIO DEL TIEMPO et analyse les thématiques suivantes : « La fiction au service de l’histoire ? El Ministerio del Tiempo une série de science-fiction historique ». -1. Originalité de la série : Les frères Olivares : les conditions initiales de sa création ; Présentation détaillée : synopsis de base et personnages ​ ​ 2 : Un vrai succès : Quel public ? quel objectif dans la peinture de l’histoire ? Problème de l’idéologie à l’œuvre dans la série : le rapport au passé : ​ ​ 3 : Utilisation pédagogique en Espagne Plus d'infos sur https://www.histoireenseries.com

Découvrez le meilleur des podcasts sur l'application GetPodcast.

Abonnez-vous à tous vos podcasts préférés, écoutez les épisodes sans connexion internet et recevez des recommandations de podcasts passionnants.

iOS buttonAndroid button