French Through Stories podcast

French Through Stories

French Through Stories

Sit back, listen, and relax.

34 Episoden

  • French Through Stories podcast

    33. Reading – Extracts from Le Petit Prince (Part 1)

    8:08

    Note: I used to listen to this story when I was a kid. You can find it on Spotify on the link below. The extract I'm reading is from 6min 36s. https://open.spotify.com/track/45Y3F1BnUYv4hEKAM7OmE6?si=a33e6a662a264799 – Tu confonds tout... tu mélanges tout ! Il était vraiment très irrité. Il secouait au vent des cheveux tout dorés : – Je connais une planète où il y a un Monsieur cramoisi. Il n’a jamais respiré une fleur. Il n’a jamais regardé une étoile. Il n’a jamais aimé personne. Il n’a jamais rien fait d’autre que des additions. Et toute la journée il répète comme toi : « Je suis un homme sérieux ! Je suis un homme sérieux ! » et ça le fait gonfler d’orgueil. Mais ce n’est pas un homme, c’est un champignon ! – Un quoi ? – Un champignon ! Le petit prince était maintenant tout pâle de colère. – Il y a des millions d’années que les fleurs fabriquent des épines. Il y a des millions d’années que les moutons mangent quand même les fleurs. Et ce n’est pas sérieux de chercher à comprendre pourquoi elles se donnent tant de mal pour se fabriquer des épines qui ne servent jamais à rien ? Ce n’est pas important la guerre des moutons et des fleurs ? Ce n’est pas plus sérieux et plus important que les additions d’un gros Monsieur rouge ? Et si je connais, moi, une fleur unique au monde, qui n’existe nulle part, sauf dans ma planète, et qu’un petit mouton peut anéantir d’un seul coup, comme ça, un matin, sans se rendre compte de ce qu’il fait, ce n’est pas important ça ! Il rougit, puis reprit : – Si quelqu’un aime une fleur qui n’existe qu’à un exemplaire dans les millions et les millions d’étoiles, ça suffit pour qu’il soit heureux quand il les regarde. Il se dit : « Ma fleur est là quelque part... » Mais si le mouton mange la fleur, c’est pour lui comme si, brusquement, toutes les étoiles s’éteignaient ! Et ce n’est pas important ça ! Il ne put rien dire de plus. Il éclata brusquement en sanglots. La nuit était tombée.
  • French Through Stories podcast

    32. Cathy's paintings

    6:33

    Cathy Jacobs vit en Australie, et sa passion, c’est la peinture. Dès qu’elle a un moment de libre, elle prépare son matériel et se met au travail. Elle s'installe confortablement sur un tabouret, dispose sa toile sur son chevalet, puis prépare ses pinceaux et sa palette de peinture. Elle aime les arbres, les fleurs et les oiseaux, donc elle regarde son jardin par la fenêtre, pour trouver l'inspiration. De temps en temps, lorsque le temps est agréable, elle peint dehors : le chant des oiseaux et l'odeur des fleurs créent une ambiance de travail très agréable. Sur sa palette, les couleurs sont vives. Elle les mélange pour obtenir de nouvelles couleurs, des teintes différentes, des tons plus subtils. Petit à petit, les traits de couleur prennent vie sur la toile, le vert des feuilles frémit, le bleu du ciel s’éclaircit, le jaune des plumes d’oiseaux prend des reflets dorés. En vérité, je ne connais pas Cathy. J'ai vu ses peintures, mais je ne connais pas sa technique. Cette histoire est le pur fruit de mon imagination ! Tout ce que je sais, c’est que quand elle peint, elle écoute parfois mes histoires en français. Quel honneur pour moi !
  • French Through Stories podcast

    Verpasse keine Episode von French Through Stories und abonniere ihn in der kostenlosen GetPodcast App.

    iOS buttonAndroid button
  • French Through Stories podcast

    31. How do you say 'snorkeling' in French

    6:23

    J’ai eu la chance incroyable, quand j’étais petit, d’habiter entre la mer et la montagne. La montagne était formidable, parce que depuis son sommet, la vue était splendide. Mais j’aimais aussi beaucoup la mer, parce que le monde subaquatique est un univers fantastique que j’ai passé beaucoup de temps à explorer. J’avais un masque et un tuba que j’emportais toujours avec moi quand j’allais à la mer. Pouvoir nager tout en admirant les fonds sous-marins était un de mes plus grands plaisirs. Je suivais les poissons bariolés qui se cachaient entre les branches de corail, j’examinais les coquillages qui se déplaçaient lentement sur le sable, et j’observais avec beaucoup d’intérêt les innombrables petites créatures de mille formes différentes qui vivent dans le récif. Des années plus tard j’ai commencé à apprendre l’anglais au collège. Un jour, mon professeur d’anglais, une très gentille dame, m’a demandé : « do you like snorkeling ?» Je n’avais jamais entendu ce mot, alors j’ai simplement répondu « not at all, madam ». Quand elle m’a expliqué que le snorkeling, c’est nager avec un masque et un tuba, je me suis frappé le front et je lui ai dit tout mon amour du snorkeling !
  • French Through Stories podcast

    30. My bottle collection

    5:05

    L’année dernière, je vous avais raconté que chaque épisode de ce podcast était comme une bouteille à la mer. Je ne savais pas à qui je parlais, je ne savais pas qui m’écoutait. J’étais seul, comme un naufragé sur une ile déserte. Durant ces derniers mois, des bouteilles se sont échouées sur ma plage. Vous m’avez écrit, vous m’avez posé des questions, vous m’avez encouragé, vous m’avez remercié… et je vous en suis reconnaissant. Quand je me lève le matin, et que je lis un de ces messages, je souris et je suis de bonne humeur pour le reste de la journée. Ou au moins pour quelques minutes. J’ai maintenant une belle collection de bouteilles, qui sont arrivées des quatre coins du monde. Il est grand temps que j’arrête d’être paresseux et que je me remette au travail. Du fond du cœur, je vous dis merci, et je vous promets de vous répondre. Gardez un œil sur votre boite aux lettres !
  • French Through Stories podcast

    29. The dancing little prince

    7:18

    Les lumières s’éteignent. Les rangées de fauteuils rouges disparaissent dans la pénombre. À quelques mètres de moi, un cercle de lumière illumine soudain la scène. Un jeune homme s’avance, il marche en équilibre sur un gros ballon qu’il fait rouler sous ses pieds. A quelques pas de lui, quelqu’un fait semblant de réparer un avion. L’avion, évidemment, n’est pas un véritable avion. C’est une grande maquette. Cette maquette, elle fait partie du décor du spectacle. Ce spectacle, c’est une adaptation du Petit Prince, d’Antoine de Saint-Exupéry. C’est une histoire que j’ai lue plusieurs fois quand j’étais petit, et que j’aime beaucoup. C’est une histoire qui parle de voyages, de découvertes, de l’innocence de l’enfance et du fossé qui la sépare parfois du monde sérieux des adultes.  C’est aussi une histoire qui parle d’amitié et d’amour de manière très poétique. Alors quand j’ai entendu parler de ce spectacle, j’ai vite réservé un billet. Les comédiens de la troupe sont très talentueux. Les acrobates racontent les aventures du petit prince en dansant, au milieu d’un ballet de lumières multicolores. Je trouve que c’est une excellente idée, de mélanger les arts du cirque à une belle histoire, pour construire un spectacle de qualité ! 
  • French Through Stories podcast

    28. A man's cub

    6:05

    Les bébés sont très mignons. Tous les bébés. Je crois que c'est un fait universel. Un bébé moche, ça n'existe pas. Les bébés ont un visage rond, de grands yeux, un petit nez, des oreilles charmantes, des joues rebondies. J'ai lu quelque part que si les bébés sont si adorables, c'est pour qu'on s'occupe bien d'eux. J'ai un neveu qui est tout petit, il apprend à marcher et il ne parle pas encore. Pourtant, il communique très bien ! Un jour, il était assis dans l'herbe avec un autre bébé de son âge. Il a regardé son nouvel ami, il s'est approché de lui en rampant, et il a passé ses bras autour de lui pour lui faire un gros câlin. Le nourrisson a été très surpris, il ne devait pas être habitué à recevoir des câlins d'autres bébés. Et moi, j'étais très fier de mon neveu qui n'avait pas peur de montrer son affection ! J'espère que mes bébés seront aussi mignons !
  • French Through Stories podcast

    27. Reading - Waiting for Godot

    9:05

    Estragon : Qu'est-ce que tu as ? Vladimir : Je n'ai rien. Estragon : Moi je m'en vais. Vladimir : Moi aussi. Silence. Estragon : Il y avait longtemps que je dormais ? Vladimir : Je ne sais pas. Silence. Estragon : Où irons-nous ? Vladimir : Pas loin. Estragon : Si si, allons-nous-en loin d'ici ! Vladimir : On ne peut pas. Estragon : Pourquoi ? Vladimir : Il faut revenir demain. Estragon : Pour quoi faire ? Vladimir : Attendre Godot. Estragon : C'est vrai. (Un temps.) Il n'est pas venu ? Vladimir : Non. Estragon : Et maintenant il est trop tard. Vladimir : Oui, c'est la nuit. Estragon : Et si on le laissait tomber ? (Un temps.) Si on le laissait tomber ? Vladimir : Il nous punirait. (Silence. Il regarde l'arbre.) Seul l'arbre vit. Estragon : (regardant l'arbre): Qu'est-ce que c'est ? Vladimir : C'est l'arbre. Estragon : Non, mais quel genre? Vladimir : Je ne sais pas. Un saule. Estragon : Viens voir. (Il entraîne Vladimir vers l'arbre. Ils s'immobilisent devant. Silence.) Et si on se pendait ? Vladimir : Avec quoi ? Estragon : Tu n'as pas un bout de corde ? Vladimir : Non. Estragon : Alors on ne peut pas. Vladimir : Allons-nous-en. Estragon : Attends, il y a ma ceinture. Vladimir : C'est trop court. Estragon : Tu tireras sur mes jambes. Vladimir : Et qui tirera sur les miennes ? Estragon : C'est vrai. Vladimir : Fais voir quand même. (Estragon dénoue la corde qui maintient son pantalon. Celui-ci, beaucoup trop large, lui tombe autour des chevilles. Ils regardent la corde.) À la rigueur ça pourrait aller. Mais est-elle solide ? Estragon : On va voir. Tiens. Ils prennent chacun un bout de la corde et tirent. La corde se casse. Ils manquent de tomber. Vladimir : Elle ne vaut rien. Silence. Estragon : Tu dis qu'il faut revenir demain ? Vladimir : Qui. Estragon : Alors on apportera une bonne corde. Vladimir : C'est ça. Silence. Estragon : Midi. Vladimir : Oui. Estragon : Je ne peux plus continuer comme ça. Vladimir : On dit ça. Estragon : Si on se quittait ? Ça irait peut-être mieux. Vladimir : On se pendra demain. (Un temps) À moins que Godot ne vienne. Estragon : Et s'il vient. Vladimir : Nous serons sauvés. Vladimir enlève son chapeau - celui de Lucky - regarde dedans, y passe la main, le secoue, le remet. Estragon : Alors on y va ? Vladimir :Relève ton pantalon. Estragon :Comment ? Vladimir :- Relève ton pantalon. Estragon : Que j'enlève mon pantalon Vladimir : Relève ton pantalon. Estragon : C'est vrai. Il relève son pantalon. Silence. Vladimir : Alors on y va ? Estragon : Allons-y. Ils ne bougent pas. En attendant Godot, by Samuel Beckett
  • French Through Stories podcast

    26. An embarrassing moment in the classroom

    7:01

    Quand j’étais au collège, je n’avais pas de téléphone portable. Un jour, ma sœur m’a prêté le sien pour que je puisse l’appeler après les cours. Je ne m’en étais jamais servi. Nous étions en plein cours de philosophie quand soudain, une sonnerie ridicule sortit de ma poche. Je suis devenu tout rouge, je ne savais pas comment baisser le volume, ou comment simplement arrêter la sonnerie. Si mon cerveau avait fonctionné normalement, j’aurais simplement raccroché, ou éteint le téléphone. Mais j’étais tellement gêné que je n’ai même pas pensé à ça. J’ai essayé d’étouffer la sonnerie en cachant le téléphone tout au fond de mon sac. Puis le bruit s’est arrêté. Mais une minute plus tard, ça a recommencé. Alors, il n’y avait plus qu’une chose à faire. Se débarrasser de ce maudit téléphone. Je suis sorti de la classe en courant, et j’ai enterré le téléphone sous un tas de feuilles dans un pot de fleurs. Je suis retourné en classe soulagé, sous le regard sévère de ma professeure, et au milieu des rires moqueurs de mes camarades. Ce n’est que trois ans plus tard que j’ai surmonté ce traumatisme, et que je me suis décidé à acheter un téléphone portable.
  • French Through Stories podcast

    25. Song Lyrics – When Paris awakens

    5:08

    Les travestis vont se raser Les strip-teaseuses sont rhabillées Les traversins sont écrasés Les amoureux sont fatigués […] Le café est dans les tasses Les cafés nettoient leurs glaces Et sur le boulevard Montparnasse La gare n'est plus qu'une carcasse […] La Tour Eiffel a froid aux pieds L'Arc de Triomphe est ranimé Et l'Obélisque est bien dressé Entre la nuit et la journée […] Les journaux sont imprimés Les ouvriers sont déprimés Les gens se lèvent, ils sont brimés C'est l'heure où je vais me coucher Il est cinq heures Paris s'éveille Il est cinq heures Je n'ai pas sommeil Il est cinq heures, Jacques Dutronc, 1968
  • French Through Stories podcast

    24. The Diving Bell and the Butterfly

    8:24

    Imaginez un instant que vous ne puissiez plus bouger aucune partie de votre corps, à l’exception de votre paupière… Cligner de l’œil est à peine perceptible, mais c’est aussi un geste qui peut avoir une signification profonde et merveilleuse, si c’est le seul mouvement dont notre corps est capable. Aujourd’hui, je vous parle de l’histoire fascinante de Jean-Dominique Bauby, l’histoire vraie d’un homme qui est complètement paralysé à la suite d’une attaque. Son cerveau est intact, et il ne peut bouger que sa paupière gauche, qui devient son seul moyen de communiquer. Jean-Do, comme ses amis l’appellent, menait une vie active et normale, jusqu’au jour où, par une surprise du destin, une attaque change sa vie à jamais. Après de nombreuses tentatives infructueuses, son orthophoniste Henriette parvient à communiquer avec lui : elle lui dit l’alphabet, et en réponse, il bouge le seul muscle qui fonctionne encore dans son corps. Dès qu’elle dit la lettre qu’il veut utiliser pour former un mot, il cligne de l’œil. Passé un temps de frustration, il s’habitue à cette technique et décide d’écrire un livre intitulé Le scaphandre et le papillon, un livre captivant et émouvant qui a été littéralement écrit en clignant de l’œil. Jean Dominique Bauby est un homme admirable, et un exemple pour nous tous, qui nous montre que nous sommes capables de grandes choses quelles que soient les circonstances.

Hol dir die ganze Welt der Podcasts mit der kostenlosen GetPodcast App.

Abonniere alle deine Lieblingspodcasts, höre Episoden auch offline und erhalte passende Empfehlungen für Podcasts, die dich wirklich interessieren.

iOS buttonAndroid button
© radio.de GmbH 2021radio.net logo